Drive : devenez incollable ! - Clic2Buy
1818
post-template-default,single,single-post,postid-1818,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Drive : devenez incollable !

Drive : devenez incollable !

En 2010, la France comptait 524 points de retrait drive… Aujourd’hui, on en recense plus de 3428. Le calcul est vite fait… En seulement 5 ans, ce nouveau mode de distribution a transformé le paysage de la distribution française. Vous souhaitez tout savoir sur ce mode de distribution ? Nous allons vous livrer quelques secrets…

Etat des lieux du Drive en France

La majorité des enseignes de distribution ont depuis plusieurs années développé leur propre service drive pour gagner en compétitivité et fidéliser toujours plus leur clientèle. La chaîne Intermarché domine le podium avec 1000 drives à son actif, suivie de Système U qui en compte 619. Auchan, Chronodrive ainsi que E-Leclerc ne sont pas non plus en reste en termes de volume de drive sur le territoire et sont les trois leaders en terme de chiffre d’affaires généré par ce canal de vente.

Aujourd’hui, le drive représente 40% de la croissance du marché de la grande distribution. Son succès florissant se confirme chaque mois avec l’ouverture de 50 à 60 nouveaux drives. Du côté de la demande, les consommateurs habitués à réaliser leurs courses alimentaires en drive représentent 20% de la population, certains exclusif au canal, d’autres qui combinent le drive à leur point de vente physique habituel.

Le Drive dans tous ses états

Plusieurs formats de drive existent. On les différencie selon la configuration de leur entrepôt.

On en distingue 2 types : les click and drive, espaces dédiés au drive avec des bornes de retrait et pistes pour les véhicules qui représentent 2535 drives, et les hypermarchés et supermarchés qui proposent un service drive à leur clientèle, au sein même du point de vente (859). Cela concerne donc la commande de courses sur Internet et le retrait en magasin.

Parmi les drive de la catégorie “Click and drive”, on retrouve :

  • Le drive picking : à proximité du point de vente physique, il dispose d’une surface dédiée au drive mais s’approvisionne dans le magasin accolé. Les ruptures de stocks au magasin sont fréquentes et le temps de préparation des commandes est élevé. Cependant, l’assortiment est généralement large puisqu’il peut proposer l’ensemble des produits du magasin dont il dépend.
  • Le drive adossé : le drive est « accolé » à la surface de vente dont il dépend. Il reste néanmoins autonome dans son fonctionnement, en ce qu’il dispose de son stock dédié et donc d’un assortiment plus limité.
  • Le drive déporté : il s’agit d’un entrepôt autonome et éloigné du magasin classique.

La performance de ces types de drive repose sur la chaîne d’approvisionnement. Les distributeurs ont du la repenser pour s’adapter au mieux à ces nouveaux points de vente. E-Leclerc a par exemple développé une solution pour gérer ses stocks en temps réels, grâce à des puces RFID (Radio Frequency Identification), implantées dans les palettes, qui viennent mettre à jour le stock de l’entrepôt dès leur arrivée dans le drive. Le consommateur est immédiatement informé de la disponibilité des produits.

Les drives avec entrepôt (accolé ou déporté) sont moins nombreux que les drives qui fonctionnent en “picking”. En 2014, on en comptait 1450 contre seulement 650 avec entrepôt dédié. Cependant, ils sont plus performants. Si la création d’entrepôt suppose des investissements supplémentaires, les nombres de places et de bornes sont plus élevés et le chiffre d’affaires est deux à trois fois supérieur à celui du drive “picking”.

Quelles innovations autour du Drive ?

Une poignée de spécialistes affirme que le marché du drive arrive progressivement à maturité. En parallèle, les distributeurs tentent encore et toujours d’innover à travers la mise en place de nouveaux services. En voici quelques uns :

  • Les casiers retraits “click&collect”

Le concept Le client récupère ses courses dans le casier qui lui a été attribué. Pour y accéder, il dispose d’un code d’accès, communiqué lors de l’achat en ligne. Intermarché est à l’initiative de ce concept avec l’ouverture de deux “Drive Casier”, dans la région parisienne. Encore en phase de déploiement, les casiers click&collect pourraient se multiplier et s’implanter dans divers lieux de passage tel que les gares ou les entreprises.

Les avantages : Ce service est disponible 24/24h, 7/7 jours. Le consommateur gagne un temps considérable puisqu’il peut récupérer son panier 3 heures après l’achat en ligne et s’affranchir des contraintes horaires du point de vente.

  • Le drive piéton

Le concept : Auchan a initié le concept avec “Auchan Direct Retrait Express”, une petite boutique de 90 mètres carrés qui dispose d’un comptoir pour le retrait des achats et de deux chambres froides pour les produits frais et surgelés.

Les avantages : L’offre est plus riche que celle d’une supérette classique : 7500 produits ainsi que des promotions. On peut récupérer ses courses 3 heures après avoir réalisé son achat en ligne. Des cabas et caddies sont prêtés pour une durée maximale de 7 jours et il s’agit d’un service 100% gratuit.

  • Le drive privé

Le concept : service proposé aux salariés d’une entreprise, sur le modèle de la livraison groupée ou des groupements de producteurs locaux qui viennent vendre leurs produits dans les locaux d’une société. Les salariés se connectent sur le service drive de leur entreprise et récupèrent leurs achats dans le point de retrait situé sur le parking de la société. Carrefour est le seul distributeur à avoir testé ce modèle, auprès de 2 entreprises belges. Devant le succès de son opération, il envisage d’effectuer d’autres partenariats et projette même de s’implanter à la sortie des écoles.

Les avantages : véritable gain de temps pour les salariés, il pallie aux problèmes d’éloignement des supermarchés et hypermarchés du lieu de travail.

  • Le drive non-alimentaire

Le concept : Le drive, jusqu’alors dédié aux produits de grande consommation, fait de l’oeil à d’autres secteurs, à l’instar du bricolage avec les enseignes Leroy Merlin et Castorama.

Les avantages : Au delà du principe du “click&collect” qui existe déjà hors GSA, Castorama consacre sur le parking de son magasin-test une zone “Castodrive” pour que les acheteurs n’aient pas à se garer pour récupérer leur produit. Une véritable innovation proposée par ces enseignes dès 2014 car les internautes peuvent récupérer leur produit 2 heures plus tard, et ce, sans frais supplémentaire.

Quel avenir pour le Drive ?

Le marché du drive connait une légère baisse depuis 2013. 34 drives ont dû arrêter leur service en 2014. D’autre part, de nouvelles mesures de régulation annoncées par le gouvernement vont devoir être prises en compte par les distributeurs. Pour faire face à ce recul et aux contraintes législatives, les distributeurs innovent en proposant de nouveaux services. Leclerc prend de l’avance sur le sujet en ouvrant à Ajaccio un drive accompagné d’un mini-centre offrant une variété de services supplémentaires (coiffeur, stand de pizzas…). Les distributeurs profitent malgré tout d’un environnement plus favorable : la clientèle continue de s’élargir au fil des années et de nombreux supermarchés restent sous-équipés notamment dans les zones urbaines. Le drive a encore un bel avenir devant lui…

Sources : LSA (newsletters du 06/09/14 26/05/15, 02/06/15 et du 08/06/15), Emarketing (newsletter du 06/09/15), Agro-media (newsletter du 18/11/15), Pro Clubic, 01Business.